VERS LE CONCLAVE

Publié le par Recteur de la Basilique du Sacré-Coeur de Marseil

sede vacante

Pour se préparer à l'élection papale

DERNIERE CONGREGATION GENERALE

 

La dixième et dernière congrégation générale s'est tenue ce matin en présence de 152 Cardinaux. Il a été procédé à l'élection des trois nouveaux membres de la commission particulière chargée d'assister pour trois jours le Camerlingue: Cardinal Antonios Naguib pour l'ordre des évêques, le Cardinal Marc Ouellet pour l'ordre des prêtres, et le Cardinal Francesco Monterisi pour celui des diacres. Si le conclave dure plus de trois jours, un nouveau vote sera effectué.

-       Il y a eu 28 interventions, ce qui porte à 161 le total au long des congrégations générales. Même si certains Cardinaux auraient voulu parler plus longuement ou intervenir une seconde fois, il a été décidé de ne pas convoquer de congrégation cet après-midi et de gagner la Domus Sanctae Mariae. Il a été question notamment de la question du IOR et le Cardinal Bertone, Président du Comité de surveillance, a fait un exposé sur l'activité de l'institut et sa mise en conformité aux normes internationales. Mais il a surtout été question, selon le Directeur de la Salle de Presse, du profil du Pape à venir et de ce qu'on attend de lui.

Puis il a précisé que 90 personnes doivent prêter serment cet après-midi dans les mains du Camerlingue. La qualité de ces divers assistants du conclave est indiquée dans l'article suivant.

La messe Pro Eligendo Romano Pontefice aura lieu demain à 10 h en la Basilique vaticane. Le livret est disponible sur le site www.vatican.va section Cérémonies liturgiques. La concélébration sera présidée par le Cardinal Doyen, les non électeurs étant conviés. Un motet de Palestrina sera exécuté à l'offertoire.

-       Une caméra du CTV sera pointée sur la cheminée de la Chapelle Sixtine, dans laquelle chaque place est dotée d'un exemplaire de la constitution apostolique sur le conclave, de l'ordo et du bréviaire. Le P.Lombardi a ensuite rappelé que si durant les scrutins un Cardinal obtient la majorité requise des deux tiers, il est déclaré élu par le Doyen des évêques, le Cardinal Re, qui lui demande s'il accepte et quel nom il se donne. Alors le Maître des cérémonies faisant office de notaire, assisté de deux cérémoniaires pour témoins rédige le procès verbal. Après quoi il est procédé à l'incinération des bulletins et à la fumée blanche annonçant à l'extérieur l'élection.

-        

L'élu est conduit dans la sacristie appelée chambre des pleurs, où on lui lit le passage évangélique relatif au mystère pétrinien. Puis, un à un, les électeurs le félicitent et lui prêtent l'obédience, avant de chanter ensemble le Te Deum. Pendant ce temps, le Cardinal Protodiacre va annoncer l'élection et le nom du Pape à la foule rassemblée Place St.Pierre. Cette fois une nouveauté a été introduite: Avant de gagner la loggia des bénédictions, le nouveau Pape s'arrête prier dans la Chapelle Pauline devant le Saint Sacrement. Puis il apparaît, salue le public et donne la bénédiction solennelle Urbi et Orbi. Enfin, le P.Lombardi a précisé que la messe d'inauguration du pontificat peut se dérouler un jour qui ne soit pas un dimanche.

 

NORMES ET RITES FIXANT LE DEROULEMENT DU CONCLAVE

 

-       La logistique d'un conclave n'est soumise à aucune improvisation. La tradition liturgique fixée par la réforme liturgique du Concile Vatican II explique avec une grande précision les normes et rites contenus dans le Livre des Rites du Conclave. Le premier aspect souligné dans ce texte est l'importance du conclave qui conduit à l'élection du Pontife romain. Un chapitre est également consacré à l'exposition des rites de la messe précédant l'entrée en conclave. Le chapitre II expose les moments les plus significatifs de l'acte solennel d'entrée en Conclave avec le serment prêté par les Cardinaux. La façon dont les votes et le scrutin des votes se déroulent, est elle aussi soumise à un ordre très précis, ainsi que les rites qui précèdent et suivent, tant le moment de l'acceptation de l'élu comme Pontife romain que celui de sa proclamation. Il se termine, au chapitre V, par l'annonce solennelle de l'élection du Pape et sa première bénédiction Urbi et Orbi.

Toujours conformément à la constitution apostolique Universi Dominici Gregis, Benoît XVI a introduit quelques nouveautés afin d'améliorer le déroulement du conclave. Par exemple, il est prévu que tous les Cardinaux, et non seulement les électeurs, participent à la messe Pro Eligendo Romano Pontefice.

-       Autre nouveauté: le rite de l'entrée en conclave et le serment des Cardinaux se dérouleront dans la Chapelle Pauline. La norme établit qu'au cours de cette cérémonie, c'est le premier Cardinal selon l'ordre et l'ancienneté -actuellement le Cardinal Giovanni Battista Re- qui préside, en commençant par le signe de croix et en prononçant les paroles suivantes: "Le Seigneur, qui guident nos cœurs dans l'amour et la patience du Christ, soit avec vous tous". Après cette brève prière, le cardinal Re invitera toutes les personnes présentes à commencer la procession vers la Chapelle Sixtine, lieu de réunion du Conclave, par ces mots: "Chers frères, après avoir célébré le mystère divin, entrons maintenant en Conclave pour élire le Pontife romain. Toute l'Eglise, unie à nous dans la prière, invoque constamment la grâce de l'Esprit Saint, pour que soit élu de l'un de nous un digne Pasteur du troupeau du Christ. Que le Seigneur dirige nos pas sur la voie de la vérité, afin que, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, des apôtres Pierre et Paul, et de tous les saints nous fassions toujours ce qu'il lui plaît".

-       -Après cette prière, les cardinaux marchent en procession vers la Chapelle Sixtine, précédé par le porte Croix, le choeur et les cérémoniaires, le Secrétaire du Collège cardinalice et l'ecclésiastique qui dirigera la méditation pour les électeurs. La cérémonie est conclue par un diacre vêtu d'une aube et d'une étole, qui porte l'Evangéliaire, et par le Cardinal Re avec le Maître des cérémonies.

Durant la procession les Cardinaux chantent la litanie des saints -prière qui dans les célébrations de la liturgie latine est d'une particulière importance et dans laquelle on évoque quelques saints d'orient et d'occident- avant de conclure par l'hymne Veni Creator Spiritus, quand les Cardinaux sont réunis dan la Chapelle Sixtine.

-       Dans la Litanie des saints ont été introduits des noms qui ne sont pas cités habituellement mais qui correspondent à l'Eglise universelle comme les patriarches et prophètes Abraham, Moïse et Elie, saint Maron du Liban, saint Frumence d'Ethiopie et d'Erythrée, sainte Nina de Georgie, saint Grégoire l'Illuminateur d'Arménie, saint Patrick d'Irlande et d'autres saints représentants d'autres peuples du monde comme les martyrs du Canada, d'Ouganda, de Corée, d'Océanie, sainte Rose de Lima pour l'Amérique latine et quelques Papes dont saint Pie X.

Le serment solennel des Cardinaux qui a lieu à l'intérieur de la Chapelle Sixtine, est celui qui est établit par la Constitution apostolique Universi Dominici Gregis. Chacun d'eux, la main sur l'Evangile dit la formule prescrite.

-       Lorsque le dernier des électeurs a fini de prêter serment, le Maître des cérémonies prononce la formule traditionnelle Extra Omnes et ceux qui en participent pas au Conclave quittent la Chapelle Sixtine. En présence du maître des cérémonies, le Cardinal Prosper Grech prononce la méditation aux cardinaux électeurs sur le grave devoir qu'ils ont d'élire le Pape, devant agir avec une rectitude d'intention, en cherchant seulement à accomplir la volonté de Dieu et en considérant seulement le bien de toute l'Eglise. Après cette exhortation, le cardinal Re propose au Collège des électeurs de procéder au premier vote.

 

LES CONCLAVES DE L'EPOQUE MODERNE

Voici une chronologie des conclaves de l’époque moderne, avec mentions de faits curieux ayant eu lieu lors de leur déroulement:

-Le conclave le plus long de l'histoire moderne se déroula en 1740 pour l'élection de Benoît XIV. Il dura du 18 février au 17 août, soit 181 jours. Les électeurs étaient au nombre de 51 à l'ouverture mais 4 cardinaux moururent durant le conclave.

-En 1758 le conclave pour l'élection de Clément XIII dura du 15 mai au 6 juillet (53 jours). Il comptait 45 cardinaux électeurs à son ouverture mais lors de la votation finale seuls 44 étaient présents.

-L'élection de Clément XIV au conclave de 1769, dura 94 jours, du 15 février au 19 mai et compta 46 électeurs.

-Le Pape Pie VI fut élu en un conclave qui se déroula du 5 octobre 1774 au 15 février 1775 (133 jours). Les cardinaux électeurs étaient 44 à l'ouverture, mais deux d'entre eux moururent au cours du conclave.

-L'élection de Pie VII eut lieu à Venise, Rome étant occupée par les troupes françaises. Le conclave dura du 1 décembre 1799 au 14 mars 1800 (105 jours). Ce fut le dernier conclave en dehors de Rome, auquel participèrent 34 électeurs.

-En 1823, le Pape Léon XII fut élu au bout de 27 jours (2 septembre-28 septembre) par 49 cardinaux électeurs.

-En 1829, le conclave pour l'élection de Pie VIII dura 36 jours, du 24 février au 31 mars. Il comptait 50 électeurs.

Grégoire XVI fut le dernier cardinal non évêque élu Pape. Le conclave pour son élection dura 51 jours, du 14 décembre 1830 au 2 février 1831, avec 45 cardinaux.

-Les conclaves “courts” commencèrent en 1846 avec l'élection de Pie IX (50 cardinaux) à l'issue d'un conclave qui dura 3 jours, du 14 au 16 juin.

-En 1878, Léon XIII fut élu après un conclave de 3 jours, du 18 au 20 février, auquel participèrent 61 électeurs. Le Cardinal John McCloskey, archevêque de New York, premier cardinal non européen devant participer au conclave arriva trop tard.

-En 1903 fut élu Pie X. Durant le conclave fut exercé pour la dernière fois le Ius Exclusivæ (droit d'exclusion dont disposaient certains monarques catholiques d'Europe pour opposer leur veto à un candidat à la papauté). A cette occasion, ce fut l'empereur François Joseph I d'Autriche qui exerça son veto contre le cardinal italien Mariano Rampolla. Le conclave dura 5 jours du 31 juillet au 4 août. 64 cardinaux électeurs participèrent et il y eut 7 scrutins. Après son élection Pie X abolit le droit de veto.

-En 1914 le conclave qui élit Benoît XV dura 4 jours, du 31 août au 4 septembre. Les électeurs étaient 57 et il y eut 10 scrutins. Deux cardinaux nord-américains et un canadien, arrivés trop tard, ne purent entrer dans la Chapelle Sixtine. Cependant, pour la première fois un cardinal d'Amérique latine participa à l'élection.

-En 1922, durant le conclave qui élit Pie XI, 2 Américains et 1 Canadien restèrent dehors à nouveau. Une règle fut alors instituée établissant qu'à compter du Siège vacant les cardinaux auraient un délai de 15 jours pour arriver à Rome. Les électeurs étaient au nombre de 53. Le conclave dura 5 jours, du 2 au 6 février et il y eut 7 scrutins.

-Le conclave qui élit Pie XII en 1939 connut pour la première fois la participation d'un patriarche de rite oriental. Ce conclave qui fut le plus court, dura deux jours, du 1 au 2 mars. Il compta 62 électeurs et 3 scrutins.

-Jean XXIII fut élu en 1958. Pour la première fois, participèrent au conclave des cardinaux chinois, indiens et africains. Il y eut 51 électeurs. Il dura 4 jours, du 25 au 28 octobre, avec 11 scrutins.

-En 1963, le conclave dura 3 jours, du 19 au 21 juin, et 80 électeurs y élirent Paul VI après 6 scrutins.

-En 1978, le conclave qui élit Jean-Paul I fut le premier auquel ne participèrent pas les cardinaux de plus de 80 ans. Le conclave dura deux jours, du 25 au 26 août, avec 4 scrutins et 111 électeurs.

-Lors du second conclave de 1978, du 14 au 16 octobre, (3 jours) 111 électeurs élirent Jean-Paul II au bout de huit scrutins.

-En 2005 Benoît XVI fut élu Pape au quatrième scrutin d'un conclave qui dura 2 jours, du 18 au 19 avril et qui compta le plus grand nombre de cardinaux électeurs de l'histoire: 115.

Le conclave qui s'ouvre demain, 12 mars, sera le premier depuis 1829 à avoir lieu en Carême. Cité du Vatican, 11 mars 2013 (VIS).

 

 

Publié dans Divers

Commenter cet article