JMJ de Madrid - Homélie pour le 16ème du T.O - 17 juillet 2011

Publié le par Recteur de la Basilique du Sacré-Coeur de Marseil

   

Voir le texte en entier du Pape Benoît XVI, pour les JMJ de Madrid, sur le site du Vatican. http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/messages/youth/documents/hf_ben-xvi_mes_20100806_youth_fr.html 

 

 

 

 

logo_madrid_small.jpg

 

 

Homélie pour le 16ème du T.O - 17 juillet 2011.

Frères et Sœurs,

Dans un peu moins d’un  mois des milliers de jeunes du monde entier se rendront aux Journées Mondiales de la Jeunesse à Madrid, invités par le pape Benoît XVI. Je voudrais avec vous regarder ce champ qu’est notre monde, pour entrouvrir l’ivraie qui s’y sème à foison, afin de regarder les belles brassées de blé qui y poussent. A l’heure où l’Europe a besoin de retrouver ses racines chrétiennes, ces jeunes sont invités à méditer sur le thème suivant : «Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi (cf. Col 2, 7) ».

C’est un événement important pour l’Eglise en Europe et pour l’Eglise universelle. Et le St Père voudrait que tous les jeunes, aussi bien ceux qui partagent notre foi en Jésus Christ que ceux qui hésitent, doutent ou ne croient pas en Lui, puissent vivre cette expérience qui peut être décisive pour leur vie : faire l’expérience du Seigneur Jésus, l’expérience du Christ ressuscité du Christ vivant, mais aussi de son amour pour chacun de nous.

Dans notre diocèse de Marseille, des rencontres ont eu lieu cette année et ils s’y sont préparé, conscients qu’ils vont oser la rencontre fraternelle, découvrir des cultures diverses, avec leurs richesses, ce qui leur permettra de revenir plus fort dans notre ville toujours ouverte sur le monde, pour porter le message de l’Evangile. Et notre archevêque les accompagnera, tout d’abord à Barcelone, pour commencer la rencontre spirituelle, puis ce sera Madrid avec le St Père.

Lors des dernières Journées Mondiales de la Jeunesse, que ce soit à Cologne ou à Sydney ont été proposé des temps d’Adoration Eucharistique et nous avons vu à la télévision, tous ces jeunes, prier le Christ Eucharistique, dans un grand silence et avec grande profondeur et respect, enracinant leurs vies et leurs aspirations dans l’Eucharistie. C’est vrai que nous avons tous soif de prière silencieuse, pour nous retrouver intérieurement et pour voir comment ôter l’ivraie de notre vie, que le Mal vient y semer sans que nous le voulions.

Nous avons besoin du Christ écrit Benoît XVI, il nous tire vers le haut, étant soutenus par ses mains – c'est-à-dire dans la foi – il nous donne la juste orientation et la force intérieure qui nous élève vers le haut. Nous avons besoin de l’humilité de la foi, qui cherche le visage de Dieu et se confie à la vérité de son amour.

La question est de savoir comment l’homme peut arriver en haut, devenir pleinement lui-même et vraiment semblable à Dieu… Cette question a depuis toujours occupé l’humanité. Elle a été discutée avec passion par les philosophes platoniciens du 3ème et 4ème siècle. Leur question centrale était: « Comment trouver des moyens de purification, par lesquels l’homme puisse se libérer du poids, souvent très lourd, qui le tire vers le bas et comment s’élever à la hauteur de son être véritable, à la hauteur de la divinité ? »

Et d’ailleurs, pendant un certain temps, dans sa quête du droit chemin, saint Augustin lui-même, a cherché un soutien dans ces philosophies. Mais à la fin il a dut reconnaître que leurs réponses n’était pas suffisantes et qu’avec leurs méthodes, il ne serait pas vraiment parvenu à Dieu. Il dira à leurs représentants : « Reconnaissez donc que la force de l’homme et toutes ses purifications ne suffisent pas pour le porter vraiment à la hauteur du divin, à la hauteur qui lui est appropriée ! »

Et Augustin de dire qu’il aurait désespéré de lui-même et de l’existence humaine, s’il n’avait pas trouvé Celui qui fait ce que nous-mêmes nous ne pouvons faire ; Celui qui nous élève à la hauteur de Dieu, malgré notre misère : Jésus le Christ qui de Dieu, est descendu vers nous, et dans son amour crucifié, nous prend par la main et nous conduit vers le haut. Oui, c’est pour nous tous, Chers Frères et Sœurs, une recherche fondamentale. Nous avons besoin du Christ, nous avons besoin de contempler son visage, de vivre de sa vie.

La culture actuelle, dans certaines régions du monde, et surtout en Occident, tend à exclure Dieu ou à considérer la foi comme un fait privé, sans aucune pertinence pour la vie sociale. Alors que toutes valeurs qui fondent la société, proviennent de l’Evangile : le sens de la dignité de la personne, la solidarité, le travail et la famille. Nous le voyons tous les jours, on constate une sorte d’ «éclipse de Dieu», et comme une certaine amnésie, voire un réel refus du christianisme mais également un reniement du trésor de la foi reçue au risque de perdre sa propre identité profonde.

Pour cette raison, redis le St Père à tous les jeunes :  « Je vous invite à intensifier votre chemin de foi en Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ. Vous êtes l’avenir de la société et de l’Eglise ! »…

 «Enracinés et fondés en Christ, affermis dans la foi». Nous pouvons y voir trois images. «Enraciné» : évoque l’arbre et les racines qui le nourrissent. «Fondé» : se réfère à la construction de la maison. «Affermi» : renvoie à la croissance de la force physique ou morale.  Chers amis leur dit Benoît XVI, construisez votre maison sur le roc, comme cet homme dont nous parle l’Evangile et  qui «a creusé profond». Vous aussi, efforcez-vous tous les jours de suivre la Parole du Christ. Ecoutez-le comme l’Ami véritable avec qui partager le chemin de votre vie. Avec Lui à vos côtés, vous serez capables d’affronter avec courage et espérance les difficultés, les problèmes, ainsi que les déceptions et les échecs… Sans cesse vous sont présentées des propositions plus faciles, … mais vous vous rendez compte vous-mêmes, qu’il s’agit de leurres, qu’elles ne donnent ni sérénité, ni joie. Seule la Parole de Dieu nous indique la voie véritable, seule la foi qui nous a été transmise, est la lumière qui illumine notre chemin.

Accueillez avec gratitude ce don spirituel que vous avez reçu de votre famille et engagez-vous à répondre de façon responsable, à l’appel de Dieu, devenant adultes dans la foi. Ne croyez pas ceux qui vous disent que vous n’avez pas besoin des autres pour construire votre vie ! Appuyez-vous au contraire sur la foi de vos proches, sur la foi de l’Eglise, et remerciez le Seigneur de l’avoir reçue et de l’avoir faite vôtre !

Voilà, Chers Frères et Sœurs, une belle invitation à approfondir encore et toujours le message de l’Evangile. En ce temps de vacances, nous qui ne partons pas aux JMJ, nous allons prier pour eux et « rouvrir » notre Bible, pour y retrouver la source toujours fraîche, qui nous conduit au Royaume et à Jésus. Il nous accorde la conversion du cœur et par l’Esprit-Saint il vient au secours de notre faiblesse.

Plus d’ivraie dans nos vies ; nous voulons que la petite graine de moutarde devienne en nous le grand arbre de la foi, afin que le levain que tu introduis tous les jours dans notre cœur et dans notre vie, Seigneur, fasse lever une espérance qui nous rendent aussi dociles que Marie ta Mère à la parole de l’Ange lors de son Fiat !

Nous venons de méditer et de partager cette préparation des jeunes du monde entier aux JMJ de Madrid, fais qu’avec eux l’unité de l’Eglise se fasse, que règne la paix et la concorde, afin que nos dissensions, surtout celles franco-françaises, hexagonales, cessent et que nos regards, croisent ton regard.

Tu nous diras alors : « Aimez-vous les uns les autres, comme moi je vous ai aimé». Et tu auras raison de nous parler ainsi, car c’est sur l’Amour et le pardon que nous devons fonder toutes choses. Que ce temps de vacances nous y aide. Amen. J-P Ellul. 

 

Commenter cet article