Homélie pour le 28ème Dimanche du Temps Ordinaire... Ste Jeanne Jugan

Publié le

         Frères et Sœurs,

         Il y a 47 ans… s’ouvrait le 11  octobre 1962, le 2ème concile du Vatican. Après un long travail d’approfondissement préalable, les Pères du concile représentant l’Eglise universelle, s’avançaient vers la chaire de St Pierre pour venir se mettre sous la motion de l’Esprit-Saint. Le pape Jean XXIII malgré son grand âge n’avait pas hésité à répondre à cet appel de l’Esprit et il demandait à l’Eglise de faire son « aggiornamento. » Puits d’eau vive pour les uns, auto-destruction de l’Eglise pour un tout petit nombre, mais pour nous tous une conscience accrue de notre rôle de baptisés dans l’Eglise, nous qui sommes prêtres, prophètes et rois.

          C’est vrai que ce qui se perçut immédiatement, ce furent les changements liturgiques que l’Eglise entreprit pour une meilleure compréhension, une meilleure participation des fidèles au Saint-Sacrifice de la Messe.

Mais depuis, certains autres textes du Concile sont encore, sinon méconnus, du moins oublié, alors que nous en vivons quotidiennement. C’est pour en raviver la mémoire, que s’est tenu ce séminaire de réflexion au Mistral sur les textes de Vatican II, et que mercredi prochain, je commencerai à approfondir avec ceux et celles qui le veulent bien, la Constitution sur la Sainte Liturgie.

 

C’est pour cela que notre équipe pastorale, relisant ce texte majeur, a proposé qu’à la messe de 11h, nous chantions la kyriale en grec et en latin, pour mettre en pratique ce qui est prescrit, malgré les quolibets de certains, qui parce que cela fait  bien, ou « à la mode », refusent de participer à cette eucharistie.

 

En tant que pasteur de cette paroisse, j’essaie d’obéir à ce que l’Eglise propose… Je commence ma 10ème année de ministère parmi vous. Je vous remercie de votre confiance. Je vous demande votre prière et même si au milieu des félicitations qui me stimulent et me vont droit au cœur, je reçois également les critiques de certains ; cela fait partie de la mission. Et puis le Christ est passé par là, passé par la Croix ! Qu’est-ce donc ces petites blessures, comparées aux souffrances de sa passion ?

 

Vous me connaissez ! Je rends grâce à Dieu pour les prêtres et les diacres que le Seigneur et notre archevêque me confient, ici et à St Charles. Je reste les yeux fixés sur la croix du Christ, j’essaie d’être humble, ce qui difficile pour moi, je suis dans la confiance, car dans l’obéissance à l’Eglise. J’essaie de m’affiner pour essayer de passer, dans le trou d’une aiguille.
Il reste encore tant à faire pour réussir. Merci de l’aide que vous m’avez apportée, amicale et financière et qui nous a permis d’entreprendre, dans vos âmes et dans cette basilique, qui est notre maison, les rénovations nécessaires. Et nous allons continuer, si Dieu le veut.

 

Cette obéissance, ce silence, cette vie pas facile, avec des contrariétés, des mises à l’écart, des rejets, des critiques acerbes, ont été le lot de Ste Jeanne Jugan, que le pape Benoît XVI canonise aujourd’hui, avec le Père Damien qui a consacré sa vie aux lépreux et 3 autres saints, polonais, catalan et espagnol.

Quelle femme, quelle fougue, malgré sa longue traversée du désert. Pendant quelques instants, je vous emmène avec elle au "pays de l’oubli", où une petite rose, ignorée de tous, oubliée, elle aussi, arrête le regard de Jeanne qui souffre de rejet de la part de la communauté qu’elle a fondée et lui révèle le secret de la Beauté éternelle. Elle est née le 25 octobre 1792 en Ille-et-Vilaine, à Cancale. Son père meurt en mer, toute jeune est, elle au service de la vicomtesse de la Choue comme aide-cuisinière. Point de mariage, car Dieu la veut pour lui et la garde pour une œuvre qui n’est pas connue. Elle entre dans le tiers ordre eudiste et fait vœu de célibat. Bientôt, après un temps de maladie, elle visite les pauvres avec une amie, puis loue un appartement à St Sevran.

L’accueil des plus pauvres vient de commencer. Elle à 47 ans et une vie rythmée par la prière. Conseillée par les Frères de St-Jean-de-Dieu, pour rembourser les sommes engagées pour l’achat de l’ancien couvent des Filles de la Croix, Jeanne inaugure la quête, alors que la demande d’admission de personnes âgées ne cesse d’augmenter. Elle va acquérir l’ancien couvent des Filles de la Croix. Elue supérieure de la petite association, l’abbé Auguste Le Pailleur bénit l’œuvre et le règlement inspiré de la règle des Frères de St-Jean-de-Dieu. Elles s’appellent les servantes des pauvres. Mais son chemin de croix commence.

A sa réélection, l’abbé Le Pailleur, de sa propre autorité casse son élection et choisit Marie Jamet, plus jeune, pour la remplacer. Elles s’appellent désormais les Sœurs des Pauvres. Mais Jeanne continue la quête, ouvre des maisons, fonde dans de nombreuses villes et ainsi l’appellation de Petites Sœurs des Pauvres est définitivement adoptée en 1850. Plus de 100 religieuses, novices et postulantes compris. En 1853, fondation en Belgique. En 1856 elle arrive à la Maison Mère ; immédiatement, elle est reléguée au milieu des novices et des postulantes  et partagera leur vie jusqu’à sa mort.Afficher l'image en taille réelle

 

Alors que le pape Léon XIII approuve en 1879, et pour 7 ans les constitutions de la Congrégation qui compte alors 2.400 Petites Sœurs, Jeanne retourne vers son Seigneur, âgée de 86 ans. Le 3 octobre 1982, le pape Jean-Paul II la proclamera bienheureuse, et elle est canonisée aujourd’hui.

Ce qui a fait sa vie : l’obéissance et le silence. A la lecture de son témoignage, on reste confondu devant tant de confiance au Seigneur et en la Providence. Le jour même de la profession de 23 petites sœurs, en juillet 1856, l’abbé Le Pailleur, prend la parole et après les compliments d’usage, salue les plus anciennes par leur nom, rappelant qu’elles sont les piliers de la congrégation. Il s’abstient de nommer Jeanne. Elle seule fut oubliée. Pas un mot, oubli total, comme si elle n’avait rien fait, jamais existé.

Rose Papa Meilland.jpg

La rose ne dit pas son nom ; peu importe qu’on la voie ou non, elle fleurit tout simplement, et ce soir-là, avant de s’endormir, Jeanne pouvait se tourner vers le crucifix et dire en toute vérité : « Seigneur je n’ai pas le cœur fier, ni le regard ambitieux… non, je tiens mon âme tranquille et silencieuse. » (Psaume 131). Cette bretonne, fille de marin, savait que « vents hurleurs, rocs et ressacs, entourent l’éternel chant du monde » (Xavier Grall). Elle souffrait quand même.

A une amie qui était venue lui rendre visite, elle disait : « Ne m’appelez plus Jeanne Jugan, mais sœur Marie de la Croix. » Rencontrant l’abbé Le Pailleur, elle lui dit : « Vous m’avez volé mon œuvre… Mais je vous la donne de bon cœur ! »

Un jour elle dira aux novices : « Vous voyez ces ouvriers qui taillent la pierre blanche pour la chapelle et comme ils la font jolie cette pierre ? Il faut vous laisser travailler ainsi par Notre-Seigneur. » Quand elle passait dans le parc devant une petite rose, elle la regardait. Comment se fait-elle si belle, se demandait-elle ? Comment sans le vouloir et même sans le savoir, revêt-elle l’éclat de l’aurore ? Et aux novices : « Il faut vous laisser humilier. Au lieu de descendre en vous-même, montez vers le bon Dieu ! Non ne pas descendre en soi, se replier sur soi, mais monter, monter toujours plus haut, se laisser porter par la houle de son cœur, ne pas vouloir garder pour soi la plénitude intérieure comme un trésor qui vous appartient. »

A une jeune sœur : « Qui garde sa langue, tient son âme ! » Oui, son silence, c’était son âme, c’était sa flamme. Il avait aussi une autre profondeur. On ne peut pas la séparer du mystère de Dieu qu’elle n’a cessé de contempler durant les 27 ans de sa réclusion. On finit toujours à ressembler à celui que l’on contemple et son silence intérieur, prend une dimension prophétique pour notre temps.

« Revenir à la source, Dieu est là. Il est ma source, mon commencement. Il me parle dans cette part de moi-même qui plonge dans son éternelle enfance. Il y a en chacun de nous sous un tas de pierraille, une source divine qui ne demande qu’à jaillir et à chanter. » Q’avec ces phrases, répétée à loisir pendant sa prière et aux novices qu’elle côtoyait, que Ste Jeanne Jugan, nous donne ce sens de l’émerveillement, de la gratuité, du silence, de la confiance en Dieu, de la retenue verbale et des critiques ; qu’elle nous protége et nous aide à toujours partager avec les plus pauvres, car ils sont le Christ.

Le vendredi 23 octobre à 20h, nous nous retrouverons nombreux dans cette basilique pour prier avec elles, les 35 Petites Sœurs, que nous recevons toujours avec délicatesse et les aînés qui les accompagneront. 

Nous qui avons tout quitté, dit Pierre au Christ, que recevrons-nous ? La vie éternelle répond Jésus. Quelle belle invitation à la confiance, au partage, au don de soi…

Que Marie, qu’elle a tant priée, nous accompagne en ce mois du Rosaire et qu’elle veille sur les travaux du Synode Africain  réuni à Rome actuellement.

Ste Jeanne Jugan, priez pour nous 

                                                                        Amen.

N. B.Le pape Benoît XVI a canonisé 5 nouveaux saints:

1) L'évêque polonais Sigismond Felinski (1822-1895), fondateur de la Congrégation des sœurs franciscaines de la famille de Marie,

2) Le dominicain espagnol François Coll y Guitart (1812-1875), fondateur de la Congrégation des sœurs dominicaines de l'annonciation de la bienheureuse Vierge Marie,

3) Le prêtre belge Joseph de Veuster (1840-1889), ^plus connu sous le nom de "Père Damien", qui s'est dévoué auprès des lépreux,

4) Le trappiste espagnol Raphaël Arnaiz Baron (1911-1938),

5) Et, enfin, la religieuse française Jeanne Jugan, en religion Marie de la Croix (1792-1879), fondatrice de la Congrégation des petites sœurs des pauvres.

A Marseille, trente cinq Petites Sœurs de toutes nationalités sont au service des aînés dans leurs deux maisons, aux Chartreux et à Mazargues, où elles poursuivent l’œuvre de leur fondatrice. Elles invitent les Marseillais à fêter Jeanne Jugan, peu après sa canonisation, au cours de plusieurs célébrations :

  • Vendredi 23 octobre à 20h
    Veillée de prière à la basilique du Sacré-Cœur
  • Dimanche 25 octobre à 15h
    Messe d’action de grâce présidée par Mgr Georges Pontier à la cathédrale Notre-Dame de la Major
  • Dimanche 8 novembre, célébrations eucharistiques
  • à 9h30 à la paroisse de Sainte-Anne (8e)
  • à 10h à la paroisse des Chartreux (4e)

Commenter cet article