Homélie pour la fête du Corps et du Sang du Christ - 6 juin 2010

Publié le par Recteur de la Basilique du Sacré-Coeur de Marseil

F-te-du-Sacr--Coeur--30-mai-2008-025.jpg 

Frères et Sœurs,

Il y a 400 ans, ce 6 juin 1610 St François de Sales et Ste Jeanne de Chantal fondaient la Visitation. En cette fête du Corps et du Sang du Christ, nous rendons grâce pour tant de prières et de dévouement de la part de celles qui se sont consacrées au Seigneur et qui continuent dans le monde, d’être des témoins de sa miséricorde.

Je voudrais vous inviter à prendre conscience de ce qui se célèbre et se vit en chaque Eucharistie.

En effet, nous sommes tellement habitués à venir à la messe que souvent, nous perdons de vue le pourquoi de notre présence en Eglise. Nous sommes là pour célébrer le sacrifice du Christ sur la croix, proclamer sa mort et sa résurrection, de son Ascension dans la gloire et attendre son retour dans la paix, dans la prière, voulant vivre au milieu des autres ce mystère de l’amour partagé.

Notre baptême nous en donne le droit et spécifie nos devoirs : être dans le monde des signes vivants de sa présence, vivre de sa vie eucharistique. C’est pour cela que nous recevons les sacrements qui nous configurent à lui : le baptême nous plonge dans sa mort et dans sa résurrection pour faire de nous tous des êtres nouveaux ; la confirmation, vient nous rappeler, si nous l’avions oublié, que nous avons dit : « Oui, je crois au Christ, à la Ste Trinité, à ce que l’Eglise enseigne » et la Parole de Dieu que nous venons de proclamer et l’Eucharistie que nous allons continuer de célébrer sont pour nous, vecteurs sur la route qui nous conduit vers le royaume alors que le pain de vie nous permet de tenir dans l’espérance de le voir un jour face à face.

Célébrer l’Eucharistie, participer à l’Eucharistie, vivre de l’Eucharistie, voilà le pourquoi de cette Fête-Dieu. Processionner avec le St Sacrement, veut rappeler aux hommes que Dieu, par son Corps et son Sang est présent dans le monde et dans l’Eglise, mais aussi dans chacun de ses membres. Ce que nous percevons de ce mystère, c’est la foi qui nous le fait comprendre.

Un incroyant, ne voit que du pain, même si ce pain est entouré d’un grand respect. Nous, par l’œuvre de l’Esprit Saint, par les paroles de la consécration, nous savons que ce pain et ce vin, se transubstancient, c’est-à-dire deviennent le Corps et le Sang du Seigneur, que nous célébrons et que nous recevons jusqu’à son retour.

Ainsi, nous devons nous sentir investi d’une mission : celle de témoigner que ce Corps et ce Sang du Christ nous sauvent de nos péchés, nourrissent notre vie intérieure, nous rendent fort dans les épreuves, font de nous, je le dis si souvent, des « ostensoirs vivants."»C’est notre tradition catholique qui nous invite à prendre du temps pour l’Adoration Eucharistique. Et je remercie, celles et ceux qui viennent régulièrement prier auprès du Corps du Christ exposé dans l’Oratoire.

Nous nous devons, ici au Sacré-Cœur, pérenniser cette démarche, la comprendre, l’amplifier, puisque le Christ lui-même l’a demandé à Ste Marguerite-Marie à Paray-le-Monial et aussi à la vénérable Anne-Madeleine Rémuzat, se présentant à elle de nombreuses fois, tout près de la Vieille Charité, dans le premier monastère de la Visitation, appelé les Grandes Maries.

sacra--coeur-2.jpg

Oublierons-nous le vœu que fit Mgr de Belsunce en 1720 ? Certainement pas, car il nous est rappelé chaque fois que nous pénétrons dans cette basilique, inscrit sur les mosaïques de l’abside ! N’est-ce pas un motif de gloire d’honneur et d’orgueil, que de nous rappeler que le Christ est apparu, ici à Marseille et continue de venir vers nous, dans nos cœurs et dans nos vies ? Avons-nous conscience de sa présence ?

Le Seigneur Jésus dans sa bonté nous a laissé le mémorial de sa passion. Quelle religion peut s’approcher du Dieu Trinité, comme il nous l’a permis ?

Oui, soyons conscients de ce mystère, faisons notre, ces phrases de St Thomas : « On le reçoit sans le briser, le rompre, ni le diviser ; qu’un seul ou mille communient, il se donne à l’un comme à l’autre ; ce pain des anges est celui de l’homme en route ; toi qui sais tout et qui peut tout, après nous avoir nourris, fais-nous voir les biens éternels dans la terre des vivants. »

Alors, faisons en sorte que l’Eucharistie, que la Messe soit toujours le pôle majeur dans notre vie. Ecoutons, vivons et mettons en pratique ce que nous dit l’Eglise. C’est pour cela que nous vous proposons ici, au Sacré-Cœur, une liturgie simple, festive et belle, se voulant être une pleine participation aux mystères sacrés.

Nous ne sommes pas là pour faire de l’archéologisme, voulant recourir au passé, (souvent très récent d’ailleurs pour certaines traditions), mais à l’Eglise, dans une grande obéissance. C’est pour cela que nous avons relu et étudié le Concile de Vatican II, car là où est l’Eglise, là est le Christ, voilà ce que nous devons croire. Pourrions-nous nous séparer de l’Eglise et de ce qu’elle nous enseigne, pour suivre notre propre perception des choses divines ? Certainement pas !

Car l’histoire de l’Eglise nous enseigne que ceux qui se sont séparés de l’Eglise du Christ, se sont fourvoyés. Pour cela il faudrait relire ce que St Augustin disait à ses fidèles d’Hippone concernant le groupe des Donatistes qui avaient fait sécession : « Mes biens chers frères, soyez attentif : arrêtez de chanter et écoutez au dehors ! Vous les entendez chanter plus fort que nous, vous les voyez prier comme des saints et quelques-uns les envient ? Sachez qu’ils ont beau faire et dire, ils se sont séparés de l’Eglise du Christ… Il leur faut encore une chose : revenir à l’Eglise, dans une communion pleine et entière… »

Cela nous invite à prier pour l’unité de notre Eglise catholique. Unis au Pape Benoît XVI, nous redisons notre foi, nous témoignons de notre unité, nous sommes dans l’obéissance totale, car c’est le Christ qui nous le demande. Si quelques fois nous nous posions des questions, la seule réponde à donner est celle de Pierre répondant à Jésus : « A qui pourrions-nous aller Seigneur ? Toi seul à les paroles de la Vie Eternelle. »

Que la bénédiction du Seigneur soit sur vous tous, en cette neuvaine de prière consacrée au Sacré-Cœur de Jésus. Amen.  

 palla-preziosa-rossa.jpg

Commenter cet article