Prélature Mgr Aquilina

Publié le par Mgr Ellul

 70 ans de sacerdoce de Mgr AQUILINA

Dans la basilique du Sacré-Cœur, où avaient pris place de près de 400 personnes, à la fin de l’Eucharistie présidée par Mgr Aquilina, concélébrée par de nombreux prêtres amis, accompagné de notre diacre Georges Renoux, Mgr Jean-Pierre Ellul, recteur de la basilique, adressait ses félicitations à Mgr Matthieu AQUILINA .

Cher Monseigneur,

Nous savons que vous ne voulez pas que l’on vous appelle ainsi, mais le Saint Père, le Pape  Benoît XVI vous a nommé Chapelain de sa Maison et c’est pour nous tous un honneur de vous savoir reconnu et apprécié.

C’est toute la paroisse, mais également la communauté des Rapatriés, nos amis pieds-noirs, et je signale la présence affectueuse du Père Maurice Avril, arrivé ce matin de Beyrouth pour participer à cette messe, les Chevaliers et Dames du St Sépulcre, et celles et ceux qui vous connaissent depuis des années, sans oublier dans notre prière, tous vos paroissiens, désormais dans la lumière de l’éternité et qui avec nous se réjouissent depuis le Royaume, de cette célébration.

40 ans de sacerdoce au Sacré-Cœur, 30 de sacerdoce à Alger, plus de 40 ans de présence à Marseille et en particulier dans cette basilique du Sacré-Cœur, que vous avez ouverte, surveillé et animé avec la chorale « La Caecilia » depuis votre arrivée et que vous aimez.Bien sûr la ville Phocéenne, ce n’était pas Alger, ni les conditions dans lesquelles vous aviez exercé votre ministère, mais vous avez su donner, avec la discrétion, la profondeur et le sérieux qui vous caractérisent, l’image d’un prêtre entièrement consacré à Dieu, au Christ, écoutant l’Esprit… Oui, vous êtes pour nous un modèle d’obéissance. Vous auriez pu être aigri, ne pas obéir aux injonctions de l’Eglise. Non, malgré tous les changements liturgiques de ces dernières années, vous êtes resté fidèle, dans l’obéissance à l’Eglise et à vos évêques.

Souvent vous dites, avec une pointe de malice dans le regard, que vous êtes un étranger. Je crois que nous aimerions avoir beaucoup d’étranger de votre trempe. Il me semble avoir entendu dire, qu’il faut 20 ans pour devenir un vrai marseillais, et vous êtes là depuis 40 ans, vous êtes donc, doublement d’ici. Cela ne vous empêche pas de regarder de l’autre côté de la mer méditerranée, quelquefois avec nostalgie, pour contempler ce que le Seigneur vous a permis de réaliser dans les paroisses qui vous ont été confiées, et le remercier pour avoir été fidèle durant toute votre vie, aux promesses sacerdotales auxquelles vous aviez répondu : « Oui, je le veux ! Oui, je le veux… avec la grâce de Dieu. »

Ceux qui ont pu venir sont là, très nombreux. D’autres, vous ont adressé des messages, des coups de fils, certains se servant d’Internet vous ont transmis leur amitié et leurs félicitations. Pour tout cela rendons grâce à Dieu, remerciant le Seigneur, qui par l’intermédiaire de Notre-Dame d’Afrique, Notre-Dame de la Garde et Notre-Dame du Sacré-Cœur… mais aussi de la vénérable Anne-Madeleine Remuzat, vous ont protégé durant votre maladie et l’opération qui s’en suivit en 2002. Vous êtes là, c’est l’essentiel. Restez tel que vous êtes, avec votre sens de l’autre, la discrétion et l’amitié qui vous caractérise, et même quelque fois… votre mauvais caractère. Mais je sais, ce que d’autres ne savent peut-être pas : il y a quelques mois, vous avez demandé au Seigneur, lors de votre dernière retraite annuelle, de vous en guérir. Et bien, j’atteste que cela s’est réalisé… C’est vrai, vous êtes unifié et pour nous, vous restez un exemple, de fidélité au Seigneur et à l’Eglise.

En remerciant la Sainte Trinité de tout cela, en implorant le Seigneur de vous garder longtemps parmi nous, en le demandant par l’intercession des Apôtres Pierre et Paul, je voudrais donner maintenant lecture de la lettre reçue de Mgr Henri Teissier, archevêque d’Alger, à laquelle s’unit Mgr Georges Pontier notre archevêque, qui le jour de la fête du Sacré-Cœur, à bien voulu nous recevoir à table chez lui, pour célébrer à la fois votre prélature et votre anniversaire d’ordination. Monsieur Jean-Claude Gaudin, Sénateur-Maire de Marseille m’a prié de vous dire toute son amitié et de vous renouveler toutes ses félicitations. Cher amis, en vous remerciant de votre attention, voici le texte de cette lettre.

Archevêché d’Alger                                 مكتب رئيس أساقفة الجزائر

13 rue Khelifa Boukhalfa –

16000 Alger      شارع خليفة بوخالفة 16000 الجزائر 13

E-mail : evechealger@yahoo.fr

A Mgr Mathieu AQUILINA, pour le 29 juin

Cher Monseigneur, En ce jour où vous célébrez le soixante dixième anniversaire de votre ordination sacerdotale (29.06.1937) à Alger, je voudrais vous assurer de la sympathie et de la prière du diocèse d’Alger et de son pasteur.

Après votre ordination, vous avez servi en Algérie successivement les paroisses de Blida, de St Pierre du Hamma, d’Azazga, de Jean-Bart, de Rouiba et de Boufarik avant de prendre la charge de l’Eglise Saint Augustin pendant presque dix ans.

Mais après votre départ d’Algérie, dans le contexte difficile que l’histoire nous a imposé, vous êtes restés proche de l’Eglise de votre ordination notamment par votre responsabilité à notre Association en France, l’A.E.M., et surtout par votre amitié et votre union dans la prière. Vous nous avez donné, aussi, au fur et à mesure des années un exemple de courage et de fidélité à votre ministère en demeurant debout pour le service du Seigneur et du peuple chrétien tout au long de ces soixante dix ans de travail pastoral et jusqu’à ce jour. C’est pourquoi, j’ai été heureux, en accord avec Mgr PONTIER, votre évêque à Marseille, de solliciter du Saint Père qu’il accepte de vous compter au nombre de ses chapelains. Veuillez dire à tous vos amis à Marseille le 29 juin, et en particulier à l’Association des Rapatriés que j’ai rencontrés le 15 juin, combien nous sommes en communion avec eux pour fêter cet anniversaire.

+ Henri TEISSIER

Archevêque d’Alger

 

Publié dans Divers

Commenter cet article