Pourquoi Salérans

Publié le par Mgr Ellul

Le blog de Mgr Jean-Pierre Ellul. (3)

Mais pourquoi Salérans, dans les Hautes-Alpes ?

C'est la question que beaucoup se posent ! Salérans ! Un petit village à la frontière des Hautes-Alpes et de la Drôme, situé sur un pic rocheux. Le clocher de son Eglise se voit dès la route qui y passe lorsqu'on vient de Laragne et que l'on rejoint Séderon (Drôme). Après Barret-sur-Méouge, et quelques 800 m par une petite route sinueuse, voilà le village. Près de 77 habitants l'hiver. Un peu plus l'été avec les vacanciers et les retraitants chez le Père Avril, à un kilomètre de distance et les Saléranais ayant des résidences secondaires.

C'est aussi le lieu dès 1957 de l'implantation de la colonie de vacances du Père Avril. Aussi après l'indépendance de l'Algérie, alors que nous étions partis de notre pays en fin juin 1962, Salérans fut pour moi le village où désormais seraient mes nouvelles racines. Le gentillesse des Saléranais nous fut bénéfique, mais ils se demandaient comment des citadains, pourraient-ils s'occuper de moutons et passer un temps dans la montagne à les garder. C'est pourtant ce qui s'est réalisé après le départ des 120 enfants de la colonie de juillet-août 1962. Ce fut assez dur de retrouver leurs parents disséminés dans toute la France.C'est là également que je pris la soutane, bénite par le cher Père Avril, entouré des séminaristes, dont le P. Jean-Claude Duhoux, un ami de toujours, curé de la paroisse d'Endoume à Marseille. Il possède une belle maison dans la montagne de l'autre côté du village. Nous étions 6 séminaristes en études à Salérans sous la houlette du Père Maurice Avril, avant de choisir un diocèse. Nous ne restons que deux prêtres,toujours attachés à ce lieu de silence et de paix. Chaque année nous revenons comme en un pèlerinage de vie et de foi. Même s'il n'y a pas la mer, les montagnes et les routes sinueuses nous rappellent l'Algérie dont les souvenirs s'estompent, mais qui reste présente à nos coeurs. Depuis des années, les jeunes, qui en colonies de vacances ont découvert ces lieux, reviennent avec leurs familles. De très beaux paysages, avec la Méouge au fond des gorges où l'on peut se baigner et passer une belle journée. La route devient encombrée dès la soirée où les vacanciers retournent vers leur lieu de séjour.Vraiment c'est le temps des vacances !Un temps propice à la méditation et à la prière.

Publié dans Divers

Commenter cet article