LE CHRIST-ROI DE L’UNIVERS

Publié le

Paroisse Saint-Charles 26 octobre 2008


Frères et Sœurs,

            Nous célébrons dans la joie ce dimanche du Christ-Roi de l’Univers. « Pour avoir été mis à mort, l’Agneau sans tâche mérite de recevoir les attributs du Roi : puissance, divinité, sagesse, force et honneur. A Lui gloire et puissance aux siècles des siècles… Car il est le Principe et la Fin, Premier-né de ceux qui sont ressuscités d’entre les morts. (Col. 1,18)

Et St Paul précise que le Ressuscité, comme premier-né est le principe du Royaume de Dieu sur la terre. Et lui-même il en est le Roi.

Cette liturgie solennelle s’inscrit dans la récapitulation du mystère chrétien… Elle se veut le couronnement de tout ce que nous avons cherché durant l’année liturgique, demandant au Seigneur grâce et miséricorde, car souvent nous « traînons les pieds » sur la route de la conversion, alors que nous devrions être comme « des elfes », élancés vers sa gloire, sa puissance d’amour et sa royauté.

Dans l’Evangile de St Jean que nous venons de proclamer, il y a dans ce texte toutes les clefs de la compréhension de cette fête.

Lorsque Jésus fut crucifié, on a placé sur le poteau de la Croix, au-dessus de sa tête couronnée d’épines, un texte écrit en grec, en latin et en hébreu signifiant : « Celui-ci est le Roi des Juifs. » (Lc 23,38).

Le titre « le roi des juifs » se référait dans la conscience qu’avait Israël en ce temps-là, à la tradition des rois qui étaient à la tête de leur nation et faisait immédiatement penser au plus grand d’entre eux, le Roi David, dont l’onction comme roi est évoquée dans le Livre de Samuel. Mais l’inscription « Roi des Juifs », est surtout le chef d’accusation, que les membres du Sanhédrin, ont présenté à Pilate contre Jésus. L’accusation est fausse, car Jésus à répondu à Pilate : « Dis-tu cela de toi-même ou d’autres te l’ont dit de moi ? » ; ce titre lui fut attribué comme moquerie. Et pourtant l’un des condamnés lui demandera d’être introduit dans son Royaume et Jésus lui répondit qu’il serait avec lui dans le Paradis après sa mort.

C’est par la Croix et la Résurrection que le Christ est Roi, et il est le Premier-né de ceux qui sont ressuscité d’entre les morts et par-là, il confirme sa primauté sur toutes choses. Elles lui appartiennent depuis l’origine, car il est l’image du Dieu invisible, il est le premier-né de toute créature. Il est donc Roi par nature et son Royaume a été inscrit dans l’œuvre même de la création. Il précède toute créature et par lui et en lui, dans son Royaume nous sommes marqués de son sceau. Il règne, non comme un roi de puissance, mais comme un roi d’amour, car son Royaume n’est pas terrestre, il n’est pas de ce monde. Il est venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la Vérité. C’est pour cela qu’il a été crucifié, et par la croix il est devenu le Christ-Roi ; cette croix et le mystère de la Rédemption, lui ont obtenu de régner sur toutes choses comme St Paul nous le rappelle.


A nous d’écouter sa voix, à nous d’entendre ses paroles et les faire nôtres, en pratiquant ses commandements d’amour. Le Christ Jésus est terme de notre histoire humaine. Il est aussi le point vers lequel convergent les désirs de l’histoire et de la civilisation, le centre du genre humain, la joie de tous les cœurs et la plénitude de toutes nos aspirations. C’est pour cela que jour après jour, nous nous efforçons de tout faire, « afin de tout instaurer en Lui, et ramener toutes choses sous un seul chef, le Christ, celles qui sont dans les cieux et celles qui sont sur la terre » comme le dit St Paul dans sa lettre aux chrétiens d’Ephèse, et comme nous le recommandait, en son temps, le Pape St Pie X.

Frères et Sœurs, bonne fête du Christ-Roi de l’Univers. Que la méditation de ces textes de la Parole de Dieu vous soit profitable, et j’ose espérer que nous n’en resterez pas seulement aux « péricopes » proposées par votre missel, mais que chez vous, vous irez ouvrir la Parole de Dieu, pour relire et pour méditer dans le contexte, cet Evangile de St Jean et cette magnifique lettre aux Colossiens, comme le recommande le Synode qui s’achève à Rome sur « La Parole de Dieu dans nos vies. » Nous devons en connaître les textes sinon par cœur, du moins par le cœur…

Car nous ne sommes pas seulement des spécialistes en rubriques liturgiques, ou en répétitivité antérieure, même si cela reste beau et pour certains, comme l’essentiel… Nous sommes aussi des catholiques fervents, remplis de l’Esprit-Saint, méditant les paroles de Jésus le Christ, aimant son Eglise qui est l’Eglise catholique et le pape Benoît XVI, notre diocèse et notre archevêque, conscients de nos responsabilités pastorales, devant rayonner de l’amour du Christ dans tous les actes de notre vie chrétienne, familiale, personnelle, professionnelle.

C’est à cela que l’on nous reconnaîtra comme de vrais disciples de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et non comme ceux qui ayant regardé leurs visages dans un miroir, oublient l’instant d’après, leurs effigies.

Marqués du sceau du baptême, confirmés par l’Esprit, communiant au Corps du Christ, allons à la rencontre du Seigneur dans l’amour et la paix, et que notre communauté de Saint-Charles, grandisse et s’amplifie. C’est là mon vœu le plus cher.

Après un an de présence parmi vous, je voudrais vous remercier de m’avoir si bien accueilli, fait confiance, apporté aide et soutien, comme vous le faites quotidiennement avec le Père Laurent Grégoire qui porte, lui le poids du jour et de la chaleur et à qui je dis ma gratitude et ma reconnaissance.


Nous sommes sur la bonne route, le Seigneur est content de votre exemple et de votre charité.

Je vous en prie… de sa part, continuez ainsi ; montrez et témoignez l’amour et la charité que vous avez les uns pour les autres, et que la Vierge Marie, notre Mère nous garde sous son regard et le regard de son Fils, le Christ-Roi de l’Univers.

Amen.

 

 

 

       

Publié dans Homélies St Charles

Commenter cet article