Homélie pour le 17è dim. Temps Ordinaire A –

Publié le

 

« Il est comparable à un maître de maison, qui tire de son trésor, du neuf et de l’ancien. »

Cette phrase concluant la série des paraboles données par St Matthieu et qui a occupé notre réflexion théologique depuis quelques semaines, se trouve en ces jours réalisée, par les différents discours que le Pape Benoît XVI, a adressé aux jeunes durant les 23ème  Journées mondiales de la Jeunesse en Australie.

Le thème en était : «Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins.» (Ac 1, 8), allusion au nom de « Terre Australe du Saint-Esprit », donné par l’explorateur portugais Pedro Fernandez de Quiros, à la Pentecôte 1606. C’était la première fois que l’Australie, pourtant pays de melting-pot, accueillait autant d’étrangers en même temps.

Les médias nous en ont donné quelques flashs, mais avec le décalage horaire, il ne fut pas facile d’y participer, car la plupart des grandes célébrations étaient retransmises en Europe à 1h 30 du matin. A mon tour de vous entraîner, très rapidement sur ce qu’a dit le Saint Père au 300.000 jeunes rassemblés à Sydney. Ce sera très synthétique et rapide.

Le vent soufflait assez fort dans la baie de Sydney, lorsqu’il y fut accueilli. Un long voyage, précédé depuis plusieurs jours par l’arrivée dans les différents diocèses, des jeunes venus du monde entier. Sur le môle de Rose Bay, le Pape s’avance, salué par les chefs aborigènes, car pour eux il est « un ami et un sage » et on peut voir les milliers de jeunes qui l’acclament. Le voyage a été long, pour tous…

« Aujourd’hui, c’est mon tour dit le St Père… Certains peuvent avoir l’impression d’être arrivés à l’extrémité du monde ; pour les personnes de votre âge, chaque vol aérien est une perspective attrayante… Mais pour moi, ce vol a été dans une certaine mesure cause d’appréhensions.

Pourtant, d’en haut, la vue de notre planète fut quelque chose de magnifique. Le miroitement de la Méditerranée, la magnificence du désert Nord Africain, la forêt luxuriante de l’Asie, l’immensité de l’océan Pacifique … la splendeur majestueuse de la beauté naturelle de l’Australie … suscite en moi un profond sentiment de crainte référentielle. C’est comme si nous capturions des images rapides de l’histoire de la création, racontée dans la Genèse… Mais il y a plus encore : du ciel, il nous est difficile de percevoir des hommes et des femmes créées à l’image et à la ressemblance de Dieu. A travers tout cela nous nous trouvons, vous et moi, toute la famille humaine, « couronnée de gloire et de splendeur », comme le dit le psaume 8, 6. » Il cite également l’érosion de la terre, la déforestation, le gaspillage des ressources minérales et marines, mais  aussi le problème de l’eau, la sécheresse… Et ce combat du Pape ne vient pas au hasard. Il s’articule avec toute sa réflexion sur la vérité et la dignité de l’homme, sommet de cette création et qui, comme elle, doit être respecté.

« J’ai sous les yeux, ici ce soir, avec vous tous, une image vibrante de l’Eglise Universelle. La diversité des nations et des cultures dont vous provenez, montre que véritablement la Bonne Nouvelle du Christ est pour tous et pour chacun … Approchez-vous des bras pleins d’amour du Christ ; reconnaissez en l’Eglise votre maison ! Personne n’est obligé de rester à l’extérieur, car depuis le jour de la Pentecôte, l’Eglise est une et universelle »…. «… Chers Amis, la vie n’est pas réglée par le hasard, elle n’est pas accidentelle. Votre existence personnelle à été voulue par Dieu, bénie par Lui et lui a donné un but… Ne vous laissez pas tromper par ceux qui voient en vous de simples consommateurs, sur un marché offrant de multiples possibilités, où le choix en lui-même devient le bien, la nouveauté se fait passer pour beauté, l’expérience subjective remplace la vérité. Le Christ offre davantage… Il offre tout ! »

« Chez vous, à l’école, à l’université, sur vos lieux de travail et de détente, rappelez-vous que vous êtes des créatures nouvelles. En tant que chrétiens, vous vivez dans ce monde, tout en sachant que Dieu a un visage humain : Notre Seigneur Jésus-Christ. .. Tout cela ne peut être compris que dans une profonde réflexion sur la dignité humaine, de toute vie humaine, de la conception jusqu’à la mort naturelle, dignité qui est conférer par Dieu lui-même et qui est par conséquent inviolable. Notre monde en a assez de l’avidité, de l’exploitation, de la division, de l’ennui des fausses idoles et des réponses partielles, ainsi que des fausses promesses. Nous aspirons à une vision de la vie, où règne l’amour, où les dons sont partagés, où l’unité se construit, où la liberté trouve sa propre signification dans la vérité et où l’identité se trouve dans une communion respectueuse. C’est là l’œuvre de l’Esprit-Saint. »

« Pour cela, il faut choisir la vraie vie ! Je vous envoie comme des ambassadeurs de l’espérance, pour tous ceux qui se trouvent dans des situations difficiles. Le culte des biens matériels, le culte de l’amour possessif et le culte du pouvoir, conduisent souvent les gens à se comporter comme s’ils étaient Dieu ; chercher à assumer un contrôle total, sans prêter aucune attention à la sagesse et aux commandements que Dieu nous à fait connaître, c’est là, la route qui conduit à la mort. »

« Au contraire, l’adoration de l’unique et vrai Dieu, signifie reconnaître en lui, la source de tout ce qui est bien, nous confier à lui, nous ouvrir à la force de guérison de sa grâce et obéir à ses commandements : là est la route de la vie. »

« Nous fixons notre attention sur la manière de devenir des témoins… Vous savez que notre témoignage de chrétiens est offert à un monde qui, par beaucoup d’aspects, est fragile. Ce soir je prie pour vous et pour les jeunes du monde entier… En tant que témoins du Christ, qu’elle est notre réponse à un monde divisé et fragmenté ? Comment pouvons-nous offrir l’espérance de la paix, de la guérison et de l’harmonie à ces « stations », lieux de conflits, de souffrances et de tensions, où vous avez choisi de vous arrêter, avec cette croix de la Journée Mondiale de la Jeunesse ? »

« L’unité et la réconciliation ne peuvent être atteintes par nos seuls efforts. Dieu nous a fait pour l’un et pour l’autre et nous ne pouvons trouver qu’en Dieu et que dans l’Eglise, l’unité que nous cherchons …  vous êtes les prophètes de ce nouvel âge. »

Oui, écrivaient les médias australiens, le lendemain : surprenante jeunesse ; des prophètes d’une grande diversité, mais respectueux, et qui peuvent écouter sagement, pendant 25 minutes, un homme de 81 ans, leur lire sur un ton appliqué, un long développement sur l’Esprit Saint et sur St Augustin.

Le Pape, comme l’a noté plus tard le Père Federico Lombardi, directeur de la Salle de Presse du Saint-Siège, n’a pas joué devant les jeunes sur l’émotion, ni la théorique facile. Il a utilisé le ton de la catéchèse, en proposant un texte riche de contenu théologique et spirituel. Le texte du samedi soir était une magnifique méditation sur l’Esprit Saint. L’un des plus beaux textes de son pontificat, notait-il, redisant que l’Esprit Saint est dans la vie de tout être humain et attire vers ce qui est réel, ce qui est durable, ce qui est vrai. Même si le texte était très dense, et les jeunes les reliront au retour des JMJ, Benoît XVI ne parle pas à des enfants, mais à des chrétiens. Il leur dit qu’ils sont quelque chose dans la mission de l’Eglise.

Il faudrait alors parler du Chemin de la Croix, le vendredi, décrire le silence lors de la veillée. Celui qui s’installe sur l’immense hippodrome, devant 25 mille jeunes, assis, debout ou à genoux, se préparant à l’Adoration Eucharistique, où le Corps du Christ est placé dans un immense ostensoir.

Le lendemain, le St Père demandera pardon au nom de l’Eglise, pour les actes de pédophilie commis dans ce pays par certains de ses membres, et invitera les jeunes séminaristes à bien se préparer au Sacerdoce, dans la prière, l’étude et la contemplation du Christ vivant. Nous devons devenir des saints…leur propose t-il !

Et c’est vrai qu’à travers tous ces jeunes, il parlait à l’Eglise Universelle, posant des questions simples et radicales, précisément axées sur la transmission de la foi reçue comme un héritage précieux : « Construisez-vous quelques chose de durable ? Vivez-vous vos vies de telle sorte que vous faites place à l’Esprit au milieu d’un monde qui veut oublier Dieu, ou même le rejeter au nom d’un concept erroné de la liberté ? » Questions fondamentales pour eux, venus nombreux célébrer avec lui et méditer ses paroles.

Les organisateurs ont donné les chiffres de la rencontre avec le St Père :

- 70.000 pèlerins internationaux ont participé aux journées dans les diocèses d'Australie, la semaine avant les JMJ.

-         150.000 personnes ont assisté à la messe d'ouverture

-         Plus de 400.000 personnes, à la messe de clôture.

-         500.000 personnes ont accueilli le pape, jeudi 17 juillet à son arrivée en bateau.

-         Plus de 170 nations étaient représentées

-         1,1 million d'hosties ont été nécessaire pour les messes

« Chers jeunes de langue française, leur a dit le Pape Benoît XVI : Vous êtes venus prier l’Esprit Saint. Sa présence silencieuse en vos cœurs vous fera comprendre peu à peu le dessein de Dieu sur Vous. »

« Puisse-t-il vous accompagner dans votre vie quotidienne et vous conduire vers une merveilleuse connaissance de Dieu et de votre prochain ! C’est lui, qui du plus profond de votre être, vous pousse vers l’unique Vérité divine et vous fait vivre authentiquement en frères. Et tandis que nous allons adorer le Saint Sacrement en silence, je vous répète les paroles que la bienheureuse Mary Mac Killop, a prononcé alors qu’elle venait juste d’avoir 26 ans : « Crois à ce que Dieu murmure à ton cœur ! »

« Croyez en lui ! Croyez en la puissance de l’Esprit d’amour. Les prochaines journées mondiales de la Jeunesse auront lieu à Madrid en 2011… Le moment est venu de nous dire adieu ou plutôt, au revoir ! Comme Marie, nous devons rester fidèles au « oui » par lequel nous avons accueilli l’offre d’amitié que le Seigneur nous a faite. Nous savons qu’il ne nous abandonnera jamais. Nous savons qu’il nous soutiendra toujours par les dons de l’Esprit. Marie à accueilli la « proposition » du Seigneur en notre nom. Tournons-nous alors vers elle et demandons-lui de nous guider dans les difficultés pour rester fidèles à cette relation vitale que Dieu a établie avec chacun de nous. Marie nous inspire, elle est notre modèle. Elle intercède pour nous auprès de son Fils et, avec son amour maternel, elle nous protège des dangers.

Je vous remercie tous d’avoir participé à la Journée Mondiale de la Jeunesse 2008, ici, à Sydney. Prions les uns pour les autres, et, devant le monde, rendons un témoignage joyeux au Christ.

Que Dieu vous bénisse tous ! » Amen. JP. ELLUL

Commenter cet article