SOLDATS DE FRANCE - UNC 13 au Sacré-Coeur

Publié le

 
undefinedCe Dimanche 27 janvier à 11h00, la flamme du souvenir a brillé dans notre basilique, avec la prière d'une grande assemblée (membres et amis de l'UNC et notre communauté paroissiale). Ci-dessous, le texte du message d'accueil  que j'ai adressé aux participants lors de la messe annuelle ainsi que les remerciements du Président de l'UNC-13, M. RICHAUD... 
 
 
Accueil lors de la Messe pour les Soldats de France
 
 
               "Frères et Sœurs, Cher Amis,
 
Merci d’être venus si nombreux, comme chaque année, prier pour le repos de l’âme de ceux qui sont tombés au combat, pendant les deux Guerres Mondiales qu’à connue la France, mais aussi pour les morts d’Indochine, d’Algérie et d’Afrique du Nord.
 
Je salue en votre nom à tous, le Président Richaud, les Généraux et tous ceux qui représentent les diverses Associations d’Ancien Combattants, les membres d’UNC 13, les élus, les personnalités civiles et militaires, pour leur dire mon amitié et également remercier tous ceux qui ont préparé cette messe du souvenir, ainsi que la chorale et notre organiste.
 
Peu à peu, les plus anciens disparaissent. Un seul Poilu de la grande guerre de 14-18 vit encore ; ceux de la guerre de 39-45, portent encore en eux tant de souvenirs et nous pouvons souvent relire les noms des marseillais, gravés sur les plaques de marbres qui entourent le déambulatoire de notre basilique et avoir une pensée et une prière pour eux.
 
Mgr Fabre, évêque de Marseille, avait voulu que cette église, devenue basilique, soit un mémorial pour ceux qui étaient tombés au Champ d’Honneur Il avait même prévu un fanal, très haut, dans le ciel de Marseille, et qui devait brûler, illuminant la nuit, pour rappeler leur sacrifice et notre liberté.
 
C’est pour eux tous, que nous prions en ce dimanche, pour leurs familles et leurs enfants, avec vous tous, qui venez vous joindre à notre prière eucharistique. Nous l’avions déjà fait lors des cérémonies du 60ème anniversaire de la consécration de notre basilique où vous nous aviez fait l’insigne honneur d’être présents.undefined
 
Avec vous, je salue les drapeaux des Associations, portés par ceux qui entretiennent avec gloire et honneur, le souvenir de nos soldats défunts. Nous ne pouvons oublier la souffrance vécue et témoignée.
 
J’ai réouvert, le journal paroissial du temps de la guerre, alors que l’église se construisait. Petit trait d’union, qui s’appelait « Le Souvenir », et qui donnait au fil de ces années douloureuses, le nom de ceux qui étaient tombés, trop nombreux, sous les balles ennemies.
 
Il est bien émouvant de voir, encore aujourd’hui, ces visages de jeunes français de Marseille et de Provence. Et je pense à leurs parents, à leurs épouses, à leurs familles. Chacune de ces pierres et des colonnes de cet édifice, leur sont dédiées, car offert par les familles en deuil, en souvenirs de leur départ pour le Royaume des Cieux.
 
On découvre dans ces pages, tant de larmes et de deuils, d’incompréhension devant la mort d’un proche, d’un mari, d’un frère. Des familles entières décimées. Mais l’espérance, dont nous parle le Pape Benoît XVI, dans sa dernière encyclique, est cette vertu, qui accompagnait ceux qui souffraient, confiants dans la parole du Christ qui avait dit à ses disciples : « Tous ceux que le Père me donne viendront à moi, et celui qui vient à moi, je ne vais pas le jeter dehors. »
 
undefinedPrès de la chapelle de Notre-Dame de Pitié, qui leur est dédiée, à la fin de cette messe, nous renouvellerons la flamme et déposerons une gerbe de fleurs. Que tous nos soldats défunts reposent dans la paix, par la prière qui s’élève, maintenant de nos cœurs…"






Remerciements de M. RICHAUD,
Président de l’U.N.C-13
 
« Permettez-moi de respectueusement remercier Monseigneur ELLUL de nous accueillir dans la Basilique du Sacré Cœur du Prado. Merci Monseigneur d’être par le cœur, l’esprit et la prière, l’homme d’Eglise qui combat, à nos côtés, l’oubli et la mémoire de nos Anciens tombés au cours des conflits et qu’une société de confort marginalise un peu plus tous les jours.undefined
 
Un grand merci pour leur présence parmi nous au Général d’Armées SCHMITT, au Général SYLVESTRE. Vos présences nous honorent. Nous saluons respectueusement vos passés militaires et votre attachement à la mémoire de nos Combattants. Permettez-nous d’en être fiers.
 
Merci aussi à nos élus et plus particulièrement à Monsieur VISCONTI, dont la fidélité à nos manifestations nous touche beaucoup.
 
Merci enfin, aux autorités civiles et militaires et aux présidents des diverses associations patriotiques d’être présents aujourd’hui à nos côtés.
 
Fidèle à sa tradition et en mémoire de tous ceux qui sont tombés au cours des guerres meurtrières que nous avons connues, l’Union Nationale des Combattants des Bouches du Rhône se souvient aujourd’undefinedhui.
 
Ayons une pensée plus particulière pour toutes ces familles endeuillées, pour ces hommes et femmes et ces enfants qui un jour sont partis pour que vive notre pays et que règne la Paix partout sur la Terre.
 
Ayons une pensée pour toutes les familles de nos adhérents qui un jour ont perdu un des leurs. Ils restent dans la peine et ne trouvent le réconfort que dans la foi : Georges LAFRANCESCA, René CLAUSE, Philippe PALMISIANO, André NEGRO...
 
2007 a été souvent l’année du déchirement des hommes et des peuples : Irak, Afghanistan, Cotre d’Ivoire, Moyen-Orient, des noms qui font mal d’horreur et de souffrance.
 
Prions pour que cessent la haine, la rancœur, l’esprit de vengeance qui animent ceux qui imposent par la force et la mort. Que domine en 2008, l’esprit de tolérance et de compréhension de l’autre. Que règne enfin, la grandeur du pardon.
 
Souvenons-nous de toutes celles et ceux qui nous ont quittés en 2007 après tant d’années passées parmi nous, à aider, à œuvrer pour que prospère notre association et surtout les valeurs qu’elle défend.undefined
 
Que notre souvenir soit permanent et qu’il apporte à leurs familles le réconfort modeste de l’amitié des combattants.
 
Ayons aussi une pensée pour ceux qui œuvrent, à nos côtés, pour que la souffrance soit atténuée. Ayons enfin une pensée pour ceux qui perpétuent la mémoire et le souvenir des combattants morts pour la patrie.
 
Recommandons à Dieu toutes celles et tous ceux qui ne sont plus là, demandons-lui que leurs sacrifices ne soient pas vains et qu’à travers leur départ pour l’éternel, ils nous montrent la voie de l’amour et de l’espérance de la Paix retrouvée. »
 
 

Publié dans Divers

Commenter cet article