Epiphanie du Seigneur 2008

Publié le

Retour de la procession après la messe solennelle de l'Epiphanie du Seigneur

St-Chales-Epiphanie-4.JPG
Homélie pour la fête de l’Epiphanie du Seigneur

St Charles – 6 janvier 2008.

 

                   +  Au nom du Père et du Fils et du St Esprit. Amen.

                   Frères et Sœurs,

                   "Le voile de deuil qui enveloppait toutes les nations est enlevé. Désormais une lumière resplendit, pour tous les siècles, sur ceux du pays de l'ombre.  Lève-toi Jérusalem, car elle est venue ta lumière et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. » (Isaïe 60.)

                   En ces premiers jours de l’année nouvelle, je formule des vœux de paix, de bonheur, de bonne santé morale et spirituelle pour vous tous et toute notre communauté de St Charles. En cette fête de l’Epiphanie du Seigneur, je demande pour nous, que la lumière du Christ rayonne dans notre cœur et dans notre vie. Que nous soyons des chrétiens exemplaires, une communauté, une paroisse tournée vers le Christ lumière, rejetant les œuvres des ténèbres du péché. Comme les Mages, en ce jour, nous allons devant la crèche où Jésus nous est présenté par Marie, pour lui redire notre amour et notre consécration totale. Oui, nous avons toujours besoin de convertir notre cœur, pour être trouvés purs et sans tâche, lorsque nous nous présenteront devant celui qui est la Lumière des Hommes.

            Ces Mages venus d'Orient, ces hommes versé dans la science des astres, ont découvert l’Etoile et se sont mis en marche. Long voyage depuis leurs pays respectifs. Ils symbolisent, la participation des autres cultures, des autres nations, au mystère de la Nativité, au mystère de l’Incarnation. Ils ne se connaissaient pas et en arrivant à Jérusalem, ils questionnent, et demandent où ils peuvent trouver le roi des Juifs qui vient de naître.

                   Il est évident, pour eux, de se présenter au Palais du Roi Hérode. En effet, la constellation qu'ils sont découvert, annonce la naissance d'un grand de ce monde. La réponse, celle des scribes, des Grand Prêtres, tirée du livre du prophète Michée, annonçant la naissance du berger d’Israël, va certainement les déconcerter ; car la réponse se trouve dans la grotte de Bethléem. Les peintres ont voulu montrer la grandeur et la richesse de leur équipage et la maison ou vit la Sainte Famille.

                   Simplicité et humilité de Dieu : ils découvriront, précédés par l'Etoile, une famille pauvre et un enfant, Jésus, le Sauveur ; un tout petit enfant, que sa mère Marie, présente aux Mages, qui lui offrent l'or, l'encens et la myrrhe. Devant ces présents, elle se souvient alors, des paroles de l'ange, elle médite tous ces événements dans son cœur, elle comprend que Jésus, "celui qui sauve, de la part du Seigneur", est reconnu à travers ces dons, par toutes les nations, en commençant par Jérusalem, … reconnu par le monde païen, par les autres continents, par toute l’humanité que les Mages représentent.

Aujourd'hui, encore en cette liturgie solennelle, l’Eglise nous invite à suivre les Mages ! Non pas ceux qui, par les horoscopes, écrits ou télévisuels, nous promettent argent, santé et satisfactions de toutes sortes, où ceux que certains vont consulter, pour conforter leurs désirs de bien-être moral et spirituel… ou financier, mais ces bénis de Dieu, ces saints et ces saintes, celles et ceux qui ont recherché le Christ, à travers une constellation, c’est-à-dire, à travers la lumière du Christ, de son Evangile et de son amour, et qui les a fait se mettre en route, le découvrir et le suivre.

Qui étaient-ils ces Mages ? Peut-être des prêtres mazdéens, ou zoroastres ; nous savons que le mazdéisme, religion iranienne, insistait fortement sur la dualité entre la lumière et les ténèbres. Ils avaient vu se lever son étoile...C’était donc un être rempli de lumière qui était né.

Saint Jean l'évangéliste le dit dans le prologue de son Evangile dont nous faisons mémoire à la fin de l’Eucharistie : « Il était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée. » 

Comme les Mages, entrons dans la grotte, et devant la Sainte famille, laissons-nous impressionner par la simplicité de Dieu fait homme. Regardons Marie, Joseph et l'Enfant, et demandons-nous, si tout au long de cette année, nous nous laisserons conduire par l'Esprit, par l'Esprit Saint !

            En ce début d'année, alors que nous nous présentons des vœux de paix, de santé et de prospérité, pensons aussi à notre vie spirituelle. Prenons conscience de notre état de baptisé, d'êtres aimés de Dieu, malgré nos fautes et nos nombreux péchés. Nous devons rayonner du Seigneur, car il illumine notre vie par sa naissance. Il nous propose toujours et encore de vivre cette vocation, à laquelle l'Esprit du Seigneur nous appelle.

Devant l'Enfant-Jésus, ouvrons les trésors de notre cœur, de notre vie, confions-lui tous nos soucis :

Offrons l'or ! L'Eglise primitive à vu dans l'or, le signe de la majesté royale. Nos richesses intérieures, nous les déposons à côté de ces présents en disant : Seigneur, fais de moi, un instrument de ta paix et de ton amour. Donne-moi le courage de continuer à te chercher dans ma vie et dans mon cœur... et dans les autres, qui sont mes frères. Je te donne tout, illumine-moi de la lumière de ta présence.

Offrons l'encens et la myrrhe ! Ce sont des parfums orientaux, qui se veulent témoins d'universalité, avec une connotation, pour l'encens, du sacrement du sacerdoce et pour la myrrhe, l'annonce de la mort et de la résurrection du Sauveur. Seigneur, moi qui suis baptisé, configuré à toi par le sacrement de baptême, qui suis devenu Prêtre, Prophète et Roi, donne-moi d'être fidèle aux sacrements reçus, conduis-moi par la main sur la route de la conversion. Garde-moi pur !

Donne-moi  de comprendre ce que veut réaliser en moi ton Esprit Saint... : fais qu'il me fasse accéder à la vérité, à la vérité toute entière, pour que je puisse être moi-même dans la vérité, et non dans ces demies-mesures du mensonge et du péché !

Ouvre-moi les portes de ton royaume : chaque jour tu m'envoies une étoile, c’est-à-dire, ta lumière et la conscience d’être chrétien, que cette étoile me guide. Donne-moi de ne jamais laisser s'étioler ma lumière intérieure, cette petite flamme quelque fois vacillante.

Enveloppe-moi, comme les bergers, de la lumière de ta paix et de ton amour, prends-moi près de toi, près de la Sainte famille, avec Joseph et Marie, ta mère, pour que je puisse chanter ta gloire et me rendre compte, de l'amour qui régnait dans votre famille, une famille unie, bénie de Dieu, sans tensions, ni reniements, sans divorces, ni ressentiments.

            Frères et Sœurs, que nous guide l'Etoile brillante du matin, qu'est le Christ Lui-même, et dans la joie de cette fête de l'Epiphanie,... qu’il nous donne de le manifester au monde.

Tu te tiens à la porte de la grotte de Bethléem, souriant et regardant les bergers et les Mages, et tous les croyants chrétiens, que nous sommes ; invites-nous à aller plus loin dans la compréhension du mystère de l'Incarnation. 

Fais que nous t'entendions nous répondre : Oui, je suis la lumière du monde, celui qui me suit, ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. » Que cette lumière venant de l’Etoile, nous illumine de l’intérieur et fasse de nous tous des témoins de ta paix. Amen. Mgr. Ellul. 

Procession de sortie. Remerciements à la Chorale paroissiale, aux sacristains et aux très nombreux participants et aux servants entourant l'autel. Magnifique crèche devant l'autel du Sacré-Coeur.

St-Charles-Epiphanie-2-copie-1.JPG Photos O. G, avec son aimable autorisation.               St-Charles-Epiphanie-6.JPG

  St-Charles-Epiuphanie-5-copie-1.JPGSt-Charles-Epiphanie-3.JPG

 

Retour à la sacristie de St Charles

Publié dans Homélies St Charles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article