Extraits de St Victor aujourd'hui

Publié le par X

Le Père Jean-Pierre ELLUL

 

nommé curé de la paroisse du Sacré-Cœur… à Marseille.

 

 

 

                Notre curé nous quitte, après 19 ans de présence en notre Abbaye. Quelques paroissiens l'on rencontré, voulant connaître un peu mieux ce qui a fait sa vie, depuis plus de trente ans qu'il est prêtre. Il a bien voulu répondre à certaines de nos nombreuses questions. En voici un résumé. (juin 2000).

 

 

 

            Le Père Ellul est né à Bône en Algérie, en 1942. Ses parents vivent toujours et habitent Aubagne. Aîné d'une famille de quatre enfants, toute sa jeunesse s'est déroulée en Algérie.

 

Le catéchisme, c'était après l'école, presque tous les jours… une demi-heure, en primaire… L'Algérie, pays de ses racines… ses grands-parents, le soleil, la plage, la basilique Saint Augustin…mais aussi la guerre… c'est loin, tout ça ! Lorsqu'il retourne en Algérie, en 1992, son école communale était toujours là, à l'ancienne rue Sadi-Carnot, mais la paroisse Sainte-Anne, l'église de son baptême et de sa première communion avait été détruite, et à l'emplacement était construite une mosquée. Désirant y entrer,  il lui fut dit qu'il était "impur" et que qu'il n'avait rien à y faire… Après ses études secondaires, c'est vers une école de commerce qu'il s'oriente.

 

Electricité et Gaz d'Algérie, l'embauchent pendant quelques mois puis c'est l'entrée au Petit-Séminaire de Bône. C'était un 3 avril 1962, dans une grande villa avec un jardin plein d'enfants. Rencontre avec le Père Fauc, supérieur et le Père Maurice Avril, qui était professeur, économe et… fan de foot ! Puis c'est le départ d'Algérie en juin 1962, accompagnant les jeunes en colonie de vacances ; le 15 août, prise de soutane dans l'église paroissiale Saint-André de Salérans (Hautes-Alpes), des mains du Père Avril, dont il devient le secrétaire. Pendant plus de trois ans, participant à l'accueil des rapatriés d'Algérie et de leurs enfants, il s'occupe également des jeunes Harkis ainsi que de l'animation du centre de vacances à Salérans, tout en poursuivant, avec 6 autres séminaristes, des études de philosophie, d'histoire et d'écriture sainte. Ce sont des années assez dures où le froid des Alpes, la détresse de ceux qui ont tout perdu, le déracinement, pèsent certains jours. Heureusement qu'il y a les cours, la vie spirituelle, mais aussi… les soins apportés au troupeau de moutons. L'agnelage des brebis, le transport des bottes de foin, n'ont depuis ce temps-là, plus de secrets pour lui.

 

Pourtant, il faut partir vers Marseille. Le 5 octobre 1965, c'est l'entrée au Grand Séminaire. Malgré le silence de la retraite de début d'année, l'accueil est assez froid, les cicatrices de la guerre d'Algérie ne sont pas encore refermées pour certains. Peut-on comprendre ceux qui arrivent et qui ont tant souffert ? Moment d'émotion… Il nous demande de passer cette période sous silence… Entrée en cléricature le 6 janvier 1967, sous-diacre en la cathédrale de Marseille le 29 juin 1968 ; diacre en l'église de Gémenos le 5 octobre 68, poursuit durant ces années, l'étude de la philosophie et quatre ans de théologie.. se spécialise en liturgie. Ordonné prêtre par Mgr Jacquot, le 29 mars 1969 au Bon-Pasteur, l'archevêque l'envoie comme vicaire le 24 septembre de la même année à la Paroisse Saint-Sauveur d'Aubagne. Le 18 avril 1970, officiellement nommé aumônier de l'Enseignement Public, fonde avec des catéchistes et des laïcs, l'Aumônerie des Lycées et Collèges d'Aubagne et de la région. L'œuvre de jeunesse Saint-Louis-de-Gonzague, restaurée, accueille durant la semaine, pour les cours de catéchèse, plus de 650 jeunes du secondaire, et le week-end les groupes scouts et guides de France. Le Père Ellul va se mettre à leur service pendant six ans.

 

Le 17 juin 1975, le Cardinal Roger Etchegaray, alors Archevêque de Marseille, le nomme curé de trois petites paroisses en zone rurale : La Bouilladisse, La Destrousse et Belcodène. (entre Marseille et Aix-en-Provence). Installé le 22 septembre 1975, par le Père Pierre Dafflon, Vicaire Episcopal de la Zone-Extérieure, décédé depuis, le Cardinal lui confie en même temps le poste de coordinateur des C.e.s.-Lycées de la Zone-Extérieure Aubagne-La Ciotat, et l'envoie représenter les prêtres du secteur au Conseil Presbytéral. Et c'est au cours de ces six années, alors qu'il est Curé-Doyen d'un secteur de dix paroisses : "Route de Toulon", qu'il met en place des équipes de secteurs "laïcs et prêtres", et anime des réunions générales pour les catéchistes de cette zone à Carnoux. Le Cardinal Etchegaray va le charger de préparer et de conduire, en juin 1980, la célébration pré-synodale "Il est grand le Mystère de la Foi", qui rassemblera pour la messe, en zone rurale, à Saint-Pierre-les-Aubagne plus de 2000 fidèles.

 

Nommé curé de Saint-Victor et de Saint-Georges, et Curé-Doyen d'un secteur de cinq paroisses, au moins de juin 1981, installé en la Basilique Saint-Victor, le 3 octobre 1981, par le Cardinal Etchegaray et à Saint-Georges, le 10 octobre, par Mgr Jacques Fihey. Puis en 1983, on le décharge de la paroisse Saint-Georges, pour pouvoir animer plus directement ce haut-lieu spirituel qu'est Saint-Victor. Car, nous le savons, c'est un lieu de pèlerinage pour les Marseillais et les Provençaux. Depuis les premiers âges chrétiens, les martyrs, témoins de la foi à Marseille furent inhumés, dans cette vaste nécropole face à la mer et à la ville... en 250, lors de la persécution de Dèce, puis en 3O4, Victor et ses compagnons. Jean Cassien, fonde son monastère et bâtit dès 415, la première église, qui est devenue depuis une vaste crypte. Elle fut consacrée en 44O... Grand rayonnement de Saint-Victor en Provence, tout au long de ces siècles, puis en 977, les Bénédictins reprennent la vie monastique, décimée par les Sarrasins. Essor prodigieux de Saint-Victor. Abbatiat de Saint Isarn, Abbé en l'an mil, l'homme de la paix et de la trêve de Dieu, élévation au souverain pontificat, de Guillaume Grimoard de Grissac, Abbé de Saint-Victor au XIVe siècle (1362-1370), devenu Pape, sous le nom d'Urbain V. Grand rayonnement jusqu'en Sicile, Sardaigne et en Catalogne. Sécularisée à la fin du 17e siècle, l'abbaye devint une maison canoniale, pour la seule noblesse provençale. Puis dès 1797, une paroisse. Bulle canonique d'érection en 18O3.

 

La responsabilité pastorale de cette antique abbaye bénédictine, aujourd'hui paroisse "d'élection" de beaucoup de Marseillais, l'essor du pèlerinage de la Chandeleur, créé en l'an Mil, par Saint Isarn et auquel participent chaque année près de cinquante mille pèlerins, la vie paroissiale intense, les manifestations culturelles et musicales, en lien avec l'Association des Amis de Saint-Victor et le Centre Provençal de Musique de Chambre, dont Geneviève Deltort est l'actuelle présidente, la responsabilité de la Commission diocésaine "Foi et Culture", l'animation de ce haut-lieu spirituel et historique, ne pourraient se maintenir, se développer et s'étendre sans une communauté de chrétiens actifs, qu'il a dirigés pendant 19 ans dans le respect de chacun. Les fonctions de relations extérieures qu'il exerce en ce lieu, et que lui demande d'assurer, dès sa nomination le Cardinal Etchegaray, lui ont permis d'être présent à la vie de la cité et d'accueillir très souvent les personnalités qui visitent Marseille et sa Région, les guidant dans la Basilique, l'Eglise antique, son martyrium,  les cryptes, en ont fait un observateur privilégié de la vie  phocéenne.

 

Depuis 1982, la messe d'entrée en Carême, présidée par l'archevêque, au cours de laquelle les artistes marseillais reçoivent les cendres, se célèbre en l'Abbaye. De nombreuses personnalités du monde de l'art, du spectacle, des médias, de la musique, du sport se sont succédées, sur son invitation, pour lire, dans les cryptes, la prière  pour les artistes défunts.

 

En juin 1987, le Cardinal Robert Coffy lui confie la présidence de la Commission Diocésaine "Foi et Culture", en lien avec le Conseil Pontifical de la Culture, que préside, à Rome, le Cardinal Paul Poupard. Depuis, avec une équipe de laïcs, conférences dans la Basilique, expositions dans les Cryptes, chants sacrés polyphoniques, propositions des "Trois Jours Avec"... (Fra Angelico, Thomas More, La Poésie et le Sacré, 2Oème anniversaire de la Constitution sur la Sainte Liturgie, Arthur Rimbaud et le Sacré, Saint Benoît, etc…), ont été programmées et proposées à Saint-Victor. Notre curé nous rappelle que participent toujours à cette animation culturelle, un groupe de laïcs. Dès la création de cette commission ils oeuvrèrent avec le Père André Gence, artiste-peintre, prêtre de la Mission de France, et Suzy Fouchet, qui était en ces années-là présidente des Amis de Saint-Victor…pour ces diverses manifestations… puis on demanda au Père Paul Amargier, dominicain, alors à Saint-Victor, d'y participer et il fut d'ailleurs, l'inspirateur des "Trois Jours Avec"… De nombreuses bonnes volontés sont venues les rejoindre depuis.

Pour tant de propositions animées par l'Esprit-Saint, rendons vraiment grâce au Seigneur. Nous ne nous ferons pas ici, l'écho de toute son action pastorale et paroissiale, pour ne citer que : la catéchèse, les sacrements, nos liturgies dominicales, ni même de son travail en secteur avec les prêtres, diacre et laïcs… de tout cela nous en sommes témoins tous les jours. Le bulletin paroissial "Saint-Victor aujourd'hui" en garde d'ailleurs la trace.

"J'espère que vous ne mentionnerez pas tout, nous dit le Père Ellul, alors que nous prenions congé, ce serait fastidieux et surtout trop long !"

Et pourtantnous avons demandé autour de nous qu'elles avaient été ses autres fonctions, dont il ne parle pas. Nous avons cherché… et nous avons trouvé !  Et au risque d'en oublier, il est … : Président d'honneur de l'Association des Amis de Saint-Victor, (1982), de l'Association Saint-Isarn (1983)… auteur de plusieurs publications sur l'Abbaye de Saint-Victor, sur le pèlerinage de la Chandeleur, et la Vierge Noire. Conseiller municipal à Salérans. Membre fondateur de l'Association "Salérans-Liban" (1990), il a participé, avec beaucoup d'entre nous, à l'accueil des orphelins Libanais, dans les Hautes-Alpes, les aidant par les nombreux dons fait par les paroissiens ; participe aux réunions de la Commission diocésaine d'Art Sacré ; membre de la société d'Histoire et du Patrimoine de l'Ordre de Malte, membre d'honneur du Rotary-Club Saint-Victor… Chevalier dans l'Ordre National du Mérite, au titre du Ministère de l'Intérieur et de la Santé Publique, en novembre 1992 ; il fut décoré par le Cardinal Robert COFFY, le 16 avril 1993.

Mais le Père Ellul, durant ses temps de loisirs, est aussi styliste et créateur d'ornements sacerdotaux. Sa participation à l'exposition "Fils de Foi, Chemins de Soies", en septembre 1993 au Château de Chambord où il expose des chasubles confectionnées pour être portées durant les messes en l'abbaye est remarquée. Exposition également à Troyes, pour la rétrospective  "1OO créateurs pour l'Eglise" en novembre 1994 et au Festival d'Art Sacré de la ville du Val, dans le Var, en juin 1994. Pour les "Trois Jours Avec" sur la Liturgie, sa proposition dans les cryptes de Saint-Victor d'une présentation de chasubles sur le thème : "Ornements sacrés, Espace de beauté, Un art vivant" inaugurée par le Cardinal Coffy, le 12 décembre 1993 sera très appréciée. Pendant plus d'un mois, cette exposition fut visitée par de nombreux marseillais et provençaux, leur faisant prendre conscience de la richesse du patrimoine culturel de l'Eglise de Marseille. Rappelons que le Pontifical offert, en 1837 par le Roi Louis-Philippe, à Mgr Eugène de Mazenod,  celui de la paroisse Saint-Jospeh (i.m), et une chasuble de l'époque de Louis XIV de Notre-Dame-de-la Garde et de nombreuses créations du Père Ellul, furent exposés à cette occasion. Il est l'auteur du catalogue où sont présentés 14O chasubles et ornements de l'Eglise de Marseille (1723 - 1993). D'aucuns ont même signalé que son nom figurait dans le Dictionnaire des Arts liturgiques.

 

En la cathédrale de Marseille, sous l'égide de "Foi et Culture", et en collaboration avec les instances culturelles du Département il a accompagné l'exposition d'un chemin de croix du peintre Henry le Chenier. Puis à la Maison de l'Artisanat, avec la Commission Diocésaine d'Art Sacré, une rétrospective sur les objets et vêtements liturgiques à été réalisée. Mgr Bernard Panafieu, a inauguré ces deux expositions en janvier 1996. Responsable du Secteur Vieux-Port, depuis octobre 1996. Rappelons également qu'en avril 1997 pour célébrer les dix ans de "Foi et Culture Marseille", s'est tenue dans la cathédrale une conférence sur l'ancien baptistère de Marseille, donnée par Jean Guyon et Bernard Laluque, ainsi qu'une exposition de photos.

 

Le 20 juillet 1997, au cours de la messe de 11 h, et en présence de M. Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, et du Prince Louis, Duc d'Anjou, Mgr Panafieu, donnait lecture, de la lettre que le Pape Jean-Paul II adressait à la paroisse Saint-Victor qui célébrait son bicentenaire. Notre curé recevait à la fin de la célébration,  des mains de Me Caule, représentant le Cardinal Furno et de Me Joël-Benoît d'Onorio, la Croix de Chevalier du Mérite de l'Ordre Equestre du Saint-Sépulcre. Pour être complet il faut également noter que le 18 octobre 1997, dans l'Abbaye, se tint un Colloque Historique, au cours duquel, la riche histoire des deux siècles de la Paroisse Saint-Victor fut évoquée. Un concert Vivaldi proposé par l’Association des Amis de Saint-Victor, ainsi qu'une rétrospective de photos anciennes de la paroisse et des fêtes de la Chandeleur préludèrent à cette journée.

 

Nommé Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur, au titre du Ministère de l’Intérieur, en reçoit les insignes le 15 février 1999, par M. Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille, Vice-Président du Sénat, dans le Salon Eugénie du Palais du Pharo. Durant l'Année Sainte du Grand Jubilé, lors des fêtes de la Chandeleur, en février 2000, son Excellence Monseigneur Baldelli, Nonce Apostolique en France, invité par notre Archevêque, présida la messe de clôture et la procession aux flambeaux autour de la Basilique. Cette même année, la thèse du Père Jean-Claude Moulinier, récemment décédé, publiée par l'Institut pontifical d'archéologie chrétienne sur Saint Victor et les récits de sa passion est éditée par Jean Guyon. L'ouvrage est co-édité par l'Association est Amis de Saint-Victor et la Paroisse sous le titre "Autour de la Tombe de Saint Victor". A la fin du Carême, une exposition dans les Cryptes : "La parole faite chair" où le Père Irénée Hétier exposait ses sculptures fut inaugurée en présence de l'Archevêque.

 

En juillet 2000, le Père Jean-Pierre Ellul, après 19 ans de présence à Saint-Victor est donc nommé curé de la Paroisse du Sacré-Cœur.Nous le remercions de tout ce qu'il a fait pour nous, avec les nombreux prêtres que nous avons connu à Saint-Victor, sans oublier le Diacre Eugène de Goy et le Chanoine Pierre Duménil…

 

Cela ne nous empêchera pas d'aller saluer quelque fois le Père Ellul à la Basilique du Sacré-Cœur. Nous lui souhaitons un bon ministère tout en lui demandant de ne pas nous oublier dans ses intentions de prières.

 

 

 

                                                Un groupe de paroissiens de Saint-Victor.

 

Juin 2000. 

 

BASILIQUE DU SACRE-CŒUR :

 

 

 

            Le Père Ellul, nouveau Recteur de la Basilique du Sacré-Cœur a été installé le 15 octobre 2000, Curé de la Paroisse, au cours de la messe de 11 h qu’il présidait. C’est le Père Bernard Lorenzato, Vicaire Général, représentant Mgr Panafieu, retenu à Rome pour un pèlerinage diocésain qui est venu le présenter à la communauté chrétienne. Cette messe célébrée en présence du Marie de Marseille, Monsieur Jean-Claude Gaudin et de M. Dominique Tian, Maire de secteur, de Mme Marie-Jeanne Fay, déléguée aux édifices culturels et de nombreux élus et des Présidents d’Associations, a rassemblé, outre les parents du Père Ellul, de tès nombreux amis et paroissiens. Un apéritif a clôturé cette première rencontre, car le soir, les jeunes de la paroisse l’accueillaient également. Souhaitons bon minisètre au Père Ellul, afin qu’il reste longtemps parmi nous.

 

                                               

 

 

 

                              

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                 

 

 

 

Publié dans Divers

Commenter cet article